La Plateforme CEPS

La Plateforme universitaire Collaborative d’Evaluation des programmes de Prévention et de Soins de support, ou Plateforme CEPS www.plateforme-ceps.fr

a été fondée en 2011 par le Pr. Grégory Ninot. Cette plateforme universitaire innovante travaille sur les méthodologies de recherche interventionnelle non pharmacologique. Elle est structurée sous la forme d’un Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) entre l’Université Paul Valery Montpellier 3  et l’Université de Montpellier. Elle a reçu le soutien de l’État français , de la Région Occitanie  et de la Métropole de Montpellier à travers le volet recherche du CPER 2015-2020, de l’Europe , de l’INCa , du SIRIC Montpellier Cancer et de la CARSAT Languedoc-Roussillon . Elle aide les chercheurs et les praticiens dans la veille, la conception et la publication d’études évaluant les Interventions Non Médicamenteuses (INM)  dans un secteur sensible où les niveaux de preuve d’efficacité et d’innocuité sont faibles (cf., Haute Autorité de Santé, 2011) et où les dérives sont légions (abus de faiblesse, pratiques sectaires, refus de soins conventionnels…). Sa mission générale est de contribuer à la convergence vers un paradigme unique de validation et de surveillance des INM. La Plateforme CEPS complète l’écosystème de recherche existant. Elle fonctionne sur le mode collaboratif, ouvert et multidisciplinaire. Elle rassemble des chercheurs (universités, CNRS, INSERM), des professionnels de santé (médecins, paramédicaux, éducateurs, préventeurs), des patients, des bénévoles et des décideurs. La Plateforme ne concurrence pas un laboratoire de recherche ou un organisme de recherche clinique car sa vocation n’est pas de mener d’études. De manière opérationnelle, la Plateforme CEPS contribue à :

(1) Rapprocher les acteurs de la recherche interventionnelle non médicamenteuse par l’organisation d’un congrès international à Montpellier dont les 5 éditions depuis 2011 ont réuni plus de 3000 participants de 16 nationalités différentes ( www.iceps-conference.fr),

(2) Recenser toutes les INM dans une ontologie informatisée alliant expertise professionnelle et intelligence artificielle (NPI Ontology),

(3) Améliorer l’identification des études interventionnelles de qualité pour faciliter la réalisation de revues systématiques et de méta-analyses sur les INM (MOTRIAL),

(4) Identifier les chercheurs et les organismes de recherche travaillant sur l’évaluation des INM en France, en Europe, puis dans le monde sur la base de leurs publications d’études interventionnelles (système NIRI livré en 2019),

(5) Encourager la réalisation d’études de qualité pour mieux connaître les bénéfices et les risques de chaque INM par la diffusion de diaporamas et de documents scientifiques open source (système NISHARE livré en 2020).